· 

Le déploiement d'un réseau électrique

11 octobre 2010. Renault et les centres E.Leclerc signaient ensemble une lettre d’intention visant au développement des infrastructures de recharge électrique sur les parkings des centres commerciaux.

L’alliance Renault-Nissan se réjouissait de ce partenariat qui aurait permis le déploiement rapide d’un maillage de bornes électriques sur le territoire Français.

Car le développement des infrastructures de recharges rapides est un défi très important pour que les ventes de véhicules électriques puissent augmenter de manière exponentielle.

Outre l’autonomie parfois décriée pour certains modèles et le prix encore élevé, c’est aussi et surtout la peur d’une panne qui freine l’achat d’un véhicule électrique, notamment pour les grandes distances.

Pourtant, les bornes ont eu du mal à s’implanter dans nos villes et nos campagnes (problème de foncier, problème technique…). De nouveaux partenariats se sont donc développés : Nissan avec Auchan ou BP, IKEA a décidé d’implanter de propres bornes, Lidl récemment…). Les acteurs privés se sont employés à déployer un réseau de plus en plus dense.

L’accord de Paris pour le climat, le réel tournant pour un maillage public de bornes ?

La France a accueilli en 2015 la Conférence de Paris sur le Climat (COP21) et un focus a de nouveau été fait sur l’aggravation des conditions climatiques et ses effets sur les territoires du Monde. Si les Etats-Unis se sont depuis retirés de cet accord, nous ne pouvons que nous féliciter qu’un document opposable ait pu être ratifié par autant de pays. Surtout, il découle d’une vraie prise de conscience collective.

 

En France, la COP21 avait été précédée par la loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique et à la croissance verte, laquelle a notamment intégré un certain nombre d’engagements et d’actions concrètes à mettre en œuvre. Cette loi a notamment permis aux Communes de transférer la Compétence « Infrastructures de Recharge pour Véhicules Electriques » aux communautés de communes, d’agglomérations, ou urbaines, aux Métropoles ou encore à des syndicats afin de mailler plus efficacement le territoire. Pour accompagner ce transfert, les territoires labellisés à énergie positive ont pu et peuvent encore être aidés financièrement grâce à une enveloppe de 10 000 000 d’euros ouverts par l’Etat au titre du programme d’investissements d’avenir.

 

Par décret du 12 janvier 2017, la France a aussi voulu distinguer deux types de recharges afin de permettre à une borne de recharger un plus grand nombre de types de véhicules : la recharge normale (16 Ampères monophasé ou 32 Ampères triphasée. L’aménageur doit prévoir une prise de type 2 et une prise de type E (prise domestique) par station) et la recharge rapide (63 Ampères triphasé avec un câble pour courant alternatif avec connecteur de type 2, un câble pour courant continu pour un connecteur de type CHAdeMO [pour la Nissan Leaf] et un câble courant continu pour connecteur type Combo2).

 

Le nombre de bornes a ainsi doublé en un an :

  • Au premier trimestre 2017, 6 739 points de charge étaient présents en France, pour environ 114 000 prises
  • Aujourd’hui on compte 13 295 points de charge, pour 164 388 prises dont 6,5% en prise rapide, 52,9% en accéléré. Plus d’un tiers sont déployés dans les parkings, 18,6% sur la voirie, (source chargemap), 8,1% dans les commerces, 7,7% en concessions, 1,7% en mairie.

Ce déploiement progressif (surtout depuis 2015) a eu un effet positif. Dès 2016, le maillage des bornes n’est cité que pour 28% des interrogés comme un frein à l’acquisition d’un véhicule électrique (51% en 2014).

 

Surtout, les bornes sur autoroute ont aussi augmenté : dès 2017, « elles permettent le rechargement de tous les types de véhicules électriques", et ont été "déployées par des opérateurs spécialisés: Sodetrel -dans le cadre du programme européen Corri-Door-, Tesla, Nissan et les groupes pétroliers. Alimentées en énergie 100% renouvelable, elles permettent de récupérer plus de 80% d'autonomie en moins de 30 minutes". L’agence Française des Sociétés d’Autoroute a indiqué que "la mise en place de ce réseau est co-financée par l'Union Européenne et réunit EDF, Sodetrel, ParisTech, Renault, Nissan, BMW et Volkswagen. Le réseau des superchargeurs Tesla est un réseau propriétaire. Les sociétés d'autoroutes sont partenaires du projet qui permet le déploiement de ce réseau de bornes". 

De nouveaux moyens pour promouvoir l’électrique ?

Au-delà des bornes de recharges publiques et privées, les constructeurs se sont donc attachés à permettre aux propriétaires de véhicules électriques de pouvoir les recharger depuis chez eux, via une borne spécifique ou directement sur une prise standard !

Ils travaillent également à ce que les batteries soient plus efficaces et avec une durée d’utilisation plus longue. Ainsi, parcourez en une seule charge jusqu’à 378km avec la Nouvelle Nissan LEAF (à partir de 270 km en été en cycle mixte, 200 km en hiver, et jusqu'à 415 km en cycle urbain selon le nouveau cycle d'homologation WLTP). En 2010, la première Citroën électrique permettait de parcourir 70 kms !

Pour aller plus loin, l’an passé, un Hub de l’énergie a ouvert ses portes à Amiens. Laboratoire de recherche fondamentale et de développement pré-industriel, l’Hub de l’énergie vise à faire naître les batteries du futur en regroupant 17 laboratoires CNRS/universitaires, 15 industriels et 3 centres de transfert technologique. Parmi les partenaires, on compte Total, Airbus ou encore Renault.

L’objectif de ce Hub est de faire en sorte que les recherches, souvent Européennes sur cette question, puissent être industrialisées et commercialisées non pas en Asie mais en Europe et notamment en France. Ce Hub rentrera en concurrence directe avec l’américain Tesla.

 

Enfin, chaque véhicule veillera à ce que les bornes de recharge soient identifiées aisément avant le départ ou pendant le trajet et ce notamment pendant les longs trajets afin d’éviter la panne sèche. Pour cela, l’alliance Renault-Nissan a mis en place une carte permettant de localiser l’ensemble des bornes sur le territoire en distinguant celles qui restent accessibles la nuit sur le site de Renault. Et c’est à jour ! ou sur le site de nissan.fr

 

Tous ces moyens ont engendré une hausse des immatriculations de voitures électriques. Si en 2011, 2626 voitures électriques ont été vendues, près de 25 000 l’ont été en 2017 (Top 3 : 15 245 Renault Zoé, 2 381 Nissan Leaf, 874 Peugeot Ion). C’est en 2016 que Nissan a vendu le plus de Leaf : 3887. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

nouveaux SUR LE SITE

Immatriculations à fin Août 2018
Immatriculations à fin Août 2018
Essai Nissan Qashqai Drive Edition
Essai Nissan Qashqai Drive Edition
Essai de la Nissan LEAF 2018
Essai de la Nissan LEAF 2018
Page du Juke Mai 2018
Page du Juke Mai 2018

LES DERNIERES ACTU' !

Pour voir toute l'actualité, cliquer sur "TOUTE L'ACTUALITÉ" dans la barre de navigation